altAsPI-eCynABwKvG7BvhZcFTO7-Vqhd881FYVW

Lucie de Saint Vincent

Pianiste/Fortepianiste

C’est en cherchant à s’immerger au plus près de la réalité sonore des compositeurs à la charnière du 18ème et du 19ème siècle que Lucie de Saint Vincent découvre le piano-forte. Alors qu’elle termine son Master de piano au Conservatoire Supérieur d’Utrecht, elle à la richesse des instruments à clavier qui se côtoyaient à la naissance du piano. Lucie de Saint Vincent décide d’approfondir cette démarche au Conservatoire Royal de la Haye auprès de Bart van Oort. C’est au cours de ce second Master en piano-forte qu’elle commencera à explorer le répertoire Français oublié de la période classique ainsi que la facture de piano-forte française, notamment dans son projet de recherche. Sous la direction du musicologue Hervé Audéon, elle rédige en 2012 un mémoire sur “Les sonates avec accompagnement en trio en France entre la révolution et la fin du premier Empire”. Dans le même temps, elle participe régulièrement aux formations professionnelles de l’Abbaye de Royaumont depuis 2009 avec Pierre Goy, Aline Zylberajch, Jérôme Hantai, Malcolm Bilson, Menno van Delft.


En poursuivant cette démarche instrumentale et sonore, Lucie de Saint Vincent formule l’un de ses projets musicaux majeurs. Elle s’investit à faire découvrir ces compositrices et compositeurs oubliés sur un piano-forte français carré original de 1823 qu’elle acquiert en 2013. L’obtention du premier prix musical de la Fondation Royaumont et de l’Ambassadeur de Suisse en France en 2013 consacre son travail sur la musique française. Elle enregistre et donne à cette occasion un concert de Sonates en Trio aux Invalides à Paris avec des oeuvres des compositeurs Onslow, Verbes, Steibelt et Ladurner. Elle s’est spécialisée ces dernières années dans les compositrices Françaises de cette période et continue de partager cette musique dans différents cadres : Le festival Présence Féminine, le festival Oude Muziek d’Utrecht (Fringe), le Bach Festival de Dordrecht, Au Fritz William Museum de Cambridge, au Musée de la Musique de Paris, au Musée d’Art de d’Histoire de Genève, au Vredenburg d’Utrecht ou encore au Bethaniaanklooster
d’Amsterdam.

 

Pianiste aimant naviguer dans différents univers musicaux, je me suis intéressée très tôt à diverses approches musicales, styles et  instruments à clavier. J'ai commencé mes études musicales avec le piano pour me spécialiser ensuite dans ‘’l’interprétation historiquement informée’’ du pianoforte et les claviers du XVIIIe et du début du XIXe. A l’adolescence, je me suis également orientée vers l’improvisation dans un premier temps à travers le jazz.  En plus de continuer à approfondir ces domaines respectifs dans leurs spécificités, je cherche actuellement à décloisonner et fusionner ces styles tout en développant mon propre langage riche de toutes ces influences.